Aller à contenu principal

Ou nous trouver

Dessalement en Tunisie

L'immense majorité de notre eau, environ 97 %, est une eau salée non potable. Une grande partie de la population du globe vit à proximité des côtes des mers et océans, mais c'est seulement au cours des derniers 40 ou 50 ans que cette eau est devenue disponible à grande échelle à la consommation humaine.

Les nappes phréatiques sont souvent saumâtres ou salées. Les aquifères côtiers peuvent contenir de l'eau de mer depuis la préhistoire, quand leurs sédiments se sont déposés. L'infiltration d'eau de mer est aussi possible en raison du pompage excessif de l'eau douce, qui cause une succion d'eau salée provenant des couches inférieures des océans. Les aquifères des zones arides peuvent aussi contenir une eau salée. Dans ce cas, les sels se sont souvent concentrés par l’évaporation de bassins fermés ou de dépressions.

Les technologies modernes de dessalement peuvent extraire le sel des eaux de mer et saumâtre, assurant ainsi une nouvelle source d'eau douce.

Plusieurs processus d'élimination du sel sont utilisés. La distillation, de différents types, est une des méthodes les plus fréquemment employées. L'eau bout et devient de la vapeur d'eau douce, laissant les sels sous forme de résidus. La vapeur peut être refroidie, condensée ou recueillie en un processus qui produit une eau douce de qualité.

Certaines usines de dessalement emploient des membranes pour séparer le sel de l'eau. Ceci est accompli par des processus tels que l'osmose inverse et l'électrodialyse.

Les techniques de dessalement de l'eau sont utiles pour extraire d'autres impuretés des eaux de source contaminées.

Le coût du dessalement varie selon la qualité de l'eau entrante et sortante, la méthodologie et les coûts énergétiques, mais ces techniques sont toujours coûteuses. Ces processus consomment beaucoup d'énergie.

Le dessalement est en usage plus particulièrement dans les pays arides mais riches du Moyen-Orient, par exemple, le Kuweit, l'Arabie Saoudite et l'Israël.

En Tunisie, quatre usines de dessalement produisent près de 4 % des ressources totales du pays. Elles emploient l'osmose inverse, un processus qui force l'eau à travers une membrane aux trous si petits que la plupart des sels dissous et des composants organiques et des contaminants micro biologiques ne peuvent les traverser.

La Tunisie est remarquable également pour sa recherche visant la combinaison de sources d'énergie de substitution et de technologie de dessalement, dans le but de développer des systèmes plus économiques et non polluants. Les énergies solaires et éoliennes ont été étudiées, car chacune d’elle représente pour la Tunisie une source potentielle considerable et renouvelable.

Le dessalement peut couter tres cher a l’environment. Il produit aussi une saumure fortement concentrée qui doit être éliminée. Ce résidu peut endommager les écosystèmes s'il n'est pas correctement géré.

Images liées

Options de page