Aller à contenu principal

Ou nous trouver

Récolte de l'eau de pluie en Inde

Les peuples ancients recueillaient et conservaient l'eau de pluie de la saison humide, pour la saison sèche. Aujourd'hui, cette pratique est reprise par le biais d'installations communautaires fournissant non seulement de l'eau mais aussi une certaine mesure de contrôle sur cette ressource précieuse et souvent sujet à disputes.

L'eau est rare dans les régions arides de l'Inde, dans les montagnes, où les pertes d'écoulement sont élevées, et dans les regions où la seule eau disponible est une eau saumâtre, imbuvable. Dans les zones rurales, les pompes, puits et réseaux de canalisation sont non existants et incapables de satisfaire les besoins.

En plus de longues périodes de sécheresse ou de faibles précipitations, la plupart des régions de l'Inde connaissent une mousson annuelle, en général entre juin et septembre. Les programmes de récolte de l'eau de pluie sont destinés à capter les pluies de la mousson et à employer l'eau au cours de toute l'année.

L'état du Rajasthan, dans le nord-ouest de l'Inde, est une région presque entièrement sèche, désertique, avec des précipitations annuelles extrêmement faibles (estimées à moins de 400 mm). Le Barefoot College de Tilonia a dirigé un important effort de récolte des eaux de pluie en Inde au cours des 20 dernières années. Le travail du College s'est concentré sur l'autonomisation ? locale et a aidé à assurer un accès plus facile à l'eau potable. 200 000 personnes ont bénéficié des résultats dans près de 500 villages.

Le Barefoot College préconise l'emploi de dispositifs de collection bon marché, à monter sur les toits. Quelques 550 dispositifs ont été installés sur des écoles, des centres communautaires, et d'autres lieux judicieux. Les châteaux d'eau ont une capacité pouvant atteindre 100 000 litres, et les toits sont reliés entre eux par des tuyaux amenant l'eau à une citerne centrale.

Ces réseaux de distribution et de collection sont conçus et construits sur place, avec la main-d'œuvre locale et le savoir-faire local, et fournit d'importantes possibilités d'emploi. Le résultat : une eau potable à un prix abordable, disponible pour tous, sans distinctions de caste, de foi ou de situation économique.

Depuis 1996, le College cherche une solution au problème des cycles variables de précipitations de la mousson indienne en encourageant une gestion combinée des eaux de surface et des nappes phréatiques. Au cours de la saison des pluies, le trop-plein est dirigé vers plus de mille puits secs, où il peut être conservé sous terre pour la saison sèche.

Le College forme des volontaires et encourage à dégager les bassins locaux du limon et de l'argile qui s'y sont accumulés. Une fois nettoyés, ces bassins, entretenus par la population locale, peuvent aider à la recharge des aquifères souterrains pendant la saison des pluies. Ceci est important car dans de nombreuses régions, les nappes phréatiques ont été surexploitées, particulièrement pour les besoins de l'agriculture.

Images liées

Options de page