Aller à contenu principal

Ou nous trouver

Nappe phréatique

Environ 96 % de l'eau douce non gelée se trouve sous terre, ce sont les nappes phréatiques. Les réseaux de nappes phréatiques fournissent entre 25 et 40 % de notre eau potable. Ils représentent une ressource vitale dont la bonne gestion exige une compréhension des différents types d'aquifères et de leur rythmes de renouvellement.

Les aquifères les plus proches de la surface sont souvent reliés aux réseaux d'eau de surface. Ils peuvent se renouveler directement par infiltration des précipitations et de l'écoulement de surface, et s'écouler vers des cours d'eau ou des lacs. Si ces nappes dimunient en raison du pompage, cela risque d'entraîner une réduction du débit des fleuves, un manque d'eau pour l'agriculture ou pour la consommation. Les aquifères les plus profonds peuvent se recharger indirectement a partir des eaux suintant lentement des nappes moins profondes.

Mais toutes les nappes souterraines ne sont pas renouvelables. Dans de nombreuses régions du globe, nous pompons les nappes phréatiques plus rapidement qu'elles ne se rechargent.

La majorité des nappes de certaines régions ont été chargées au cours des periodes précédentes, sous des climats beaucoup plus frais ou plus humides. Comme les carburants fossiles etaient créés sous des conditions qui n'existent plus depuis longtemps, cette «eau douce fossile» est considérée comme non-renouvelable.

L'Afrique du Nord, la Péninsule Arabe, l'Australie, la Sibérie et le centre des Etats-Unis contiennent de grands volumes d'eau fossile souterraine. L'eau douce fossile peut être un bienfait pour ceux qui vivent sous des climats arides ou semi-arides. Mais elle pose un dilemme aux gestionnaires de l'eau : l'utiliser aujourd'hui ou la conserver pour plus tard ?

Une fois que les aquifères non renouvelables auront baissé et atteint un niveau qui ne justifiera plus le coût du pompage, ils cesseront d'être une ressource car ils ne se rechargeront pas dans un futur proche ni même lointain. Le pompage de cette eau risque d'avoir d'autres conséquences, par exemple l'augmentation de la salinité de l'eau due à une intrusion d'eau salée ou à un affaissement du sol.

Images liées

Options de page