Vue de l'espace, la Terre est la “planète bleue”, couverte d'eau.

70% de la surface du globe sont recouverts d'eau.

Nos ressources en eau peuvent sembler illimitées mais elles sont en réalité extrêmement réduites.

L'immense majorité de l'eau du globe est de l'eau de mer.

Cette eau n'est pas potable tant qu'on ne la dessale pas, et le dessalement coûte cher.

L'immense majorité de l'eau douce du globe est hors de portée : elle est congelée en permanence dans les glaciers et les calottes polaires.

C'est incroyable mais sur notre planète si riche en eau, moins de 1% est à notre disposition pour la consommation.

Le cycle de l’eau

L'eau se déplace constamment.

En un cycle infini alimenté par le soleil, l'eau va de la surface à l'atmosphère, et revient à la surface sous forme de pluie ou de neige.

Ce cycle alimente les lacs, les cours d'eau et les aquifères.

Il fournit une eau potable vitale dont nous dépendons tous.

Variabilité de l’eau

Le cycle est irrégulier et peu fiable.

Certaines saisons sont riches en eau, mais les rivières s'assèchent pendant d'autres saisons.

Compter uniquement sur les eaux de surface peut être risqué, particulièrement dans les régions arides du globe.

En Inde, la pratique traditionnelle de la récolte de l'eau de pluie sur les toits des écoles de campagne permet un certain stockage.

Les communautés peuvent ainsi faire face à l'inégalité des saisons d'un climat avec chaque année une mousson et une longue saison sèche.

Renouvellement des eaux souterraines

Les réservoirs souterrains ou aquifères contiennent la majorité de l'eau potable accessible.

De nombreux aquifères se remplissent naturellement quand les eaux de surface s'infiltrent après les pluies.

Mais d'autres, dans les régions arides, ne se renouvellent pas.

Par exemple tel est l'aquifère nubien, en Afrique du nord.

Le projet de la Grande Rivière Artificielle en Libye pompe cet aquifère pour approvisionner les communautés du désert.

L'aquifère s'est formé il y a des dizaines de milliers d'années, au cours de la dernière période glaciaire.

Le climat de cette région du monde est aujourd'hui sec et l'aquifère ne se remplit plus.

Une fois cette eau épuisée, ce sera pour toujours.

Ressources partagées

L'accès et le contrôle de l'eau sont parmi les plus anciennes causes de litige au monde, nous vivons aujourd'hui à l'heure de l'explosion démographique et de la réduction des ressources en eau.

Le Nil, commun à dix nations, est un bon exemple d'une ressource partagée.

Cette importante ressource doit être gérée au niveau international pour éviter tout conflit et continuer à approvisionner les populations qui en dépendent.

Toutes les sources naturelles, à la surface ou sous terre, peuvent être gérées de manière à compenser la variabilité et à assurer la quantité et la qualité de l'eau.

La protection commence à la source.

C'est uniquement en comprenant d'où vient notre eau que nous pourrons la gérer et l'exploiter au mieux, jusqu'à la dernière goutte.